Culture et Développement » C&D en 50 ans » Historique de C&D

Historique de C&D

Les débuts de C&D

Les débuts de C&D

À partir des années 60, la politique d’indépendance nationale de la 5ème République se manifeste avec ampleur dans le domaine de la coopération. Par ailleurs Peuple et Culture fait face à une demande croissante d’intervention dans les pays en voie de développement.

Ainsi, à la requête et avec l’appui du Ministère de la Coopération, Peuple et Culture, fondée et présidée par Joffre Dumazedier, crée Culture et développement avec pour mission essentielle de :

« contribuer à lexpansion de laction culturelle et notamment de léducation populaire dans les pays en voie de développement, en France et dans les autres pays intéressés, à la diffusion des informations et connaissances relatives à cette expansion, à lamélioration de la compréhension mutuelle entre peuples et nations dans les différentes parties du monde, à lexpansion des échanges internationaux dans le domaine culturel et social ».

Ses fondateurs :

Les fondateurs viennent dhorizons variés (Bureau pour le développement de la productivité agricole, CREDIF, Collège coopératif, Commission nationale française de lUnesco, Culture et télévision, Eclaireurs de France, FFMJC, Institut détudes de développement économique et social, Institut international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé, IPN, Office de coopération radiophonique).

Paul Lengrand est le premier président, assisté de Michel Dubois, Max Egly et Maguy Ader.

Ses missions :

Culture et développement s’engage à :

  • orienter les demandes d’information et de formation des pays en voie de développement vers les organismes ou les services compétents ;
  • étudier les différentes formes existantes ou envisager de l’action culturelle dans ces pays ;
  • assurer l’information et la formation de responsables en liaison avec les organismes spécialisés
  • concevoir des expériences témoins et mettre à disposition leur évaluation aux autres acteurs

Le Ministère confie à Culture et Développement la formation des conseillers culturels en même temps que sont lancées des enquêtes (la diffusion du livre en Afrique…), des opérations novatrices (radioclubs du Niger, livrets pédagogiques, télévision scolaire), et des publications spécialisées (animation rurale, formation des adultes)…

Chaque année, à Boulouris, sous la direction de Michel Debeauvais, l’Université d’été de Peuple et Culture rassemble des représentants des pays d’Europe et d’Afrique francophone qui tissent des liens fonctionnels. Culture et Développement assure la coordination de ces volets internationaux.

Peu à peu, Culture et développement acquiert une activité et une identité propres.

De 1986 à aujourd’hui

De 1986 à aujourd’hui

1986 aux années 2000 : la période ingénierie culturelle

Redynamisée en 1986, dans le cadre de la décentralisation et de l’ouverture aux cultures du monde, l’association est transférée à Grenoble, développant des compétences et des principes qui lui sont propres. Elle continue d’intervenir selon une philosophie d’action proche de Peuple et Culture, dont elle ne sera détachée qu’en 1992.

Entre 1986 et 1996, elle consacre particulièrement son activité au développement de laboratoires d’idées, par l’organisation de colloques, séminaires et publications.
Elle réalise également un des premiers projets de Banque du Livre (BRAL) avec le soutien des collectivités locales. C’est à partir de cette action que l’UNESCO a développé, en collaboration avec Culture et Développement, la Charte du Don de Livres (2004).

Des années 2000 à aujourd’hui

Depuis, Culture et Développement accompagne une pluralité d’acteurs étatiques et de collectivités territoriales du Nord et du Sud ainsi que d’organisations internationales (UNESCO, Organisation Internationale de la Francophonie, Commission Européenne, entre autres) à travers des axes d’expertise principaux :

Date de dernière mise à jour : le 16 juillet 2013

Mise en ligne le 13 décembre 2012