Culture et Développement » Accueil » Participation de C&D à la 10ème session ordinaire du Comité intergouvernemental de l’UNESCO

Participation de C&D à la 10ème session ordinaire du Comité intergouvernemental de l’UNESCO

© UNESCO

© UNESCO

Culture et Développement a participé à la 10ème session ordinaire du Comité intergouvernemental de l’UNESCO, qui s’est tenue du 12 au 15 décembre 2016 au siège de l’organisation à Paris. Cette session comprenait un certain nombre de points et débats, dont l’implication de la société civile dans la mise en œuvre de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

La Convention a deux organes : la Conférence des Parties et le Comité intergouvernemental. Depuis l’entrée en vigueur de la Convention en 2007, ce dernier se réunit au moins une fois par an lors d’une session ordinaire. La 10ème session du Comité intergouvernemental a été la première à faire participer la société civile. En effet, à l’issu de sa 9ème session en 2015, le Comité à décidé d’inscrire à l’ordre du jour de chacune de ses réunions un point sur le rôle de la société civile dans la mise en œuvre de la Convention et de l’inviter à présenter un rapport d’activités. Cette implication est le fruit d’un plaidoyer et d’une réflexion menés par Culture et Développement, qui participe activement au Comité intergouvernemental depuis plus de trois ans, en lien avec d’autres organisations de la société civiles actives dans le domaine de la Convention 2005.

Aux fins de la Convention, la société civile signifie « les organisations non gouvernementales, les organismes à but non lucratif, les professionnels du secteur de la culture et les secteurs associés, les groupes qui appuient le travail des artistes et des communautés culturelles ». Selon l’article 11 des Directives opérationnelles de la Convention, « les Parties reconnaissent le rôle fondamental de la société civile dans la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles » et « encouragent la participation active de la société civile à leurs efforts en vue d’atteindre les objectifs de la présente Convention ». Par l’implication de la société civile lors de ses sessions ordinaire, le Comité intergouvernemental reconnaît le rôle de cette première dans l’adoption et la mise en oeuvre de la Convention à travers le monde, dans la représentation des citoyens auprès des pouvoirs publics, ainsi que dans la gouvernance de la culture et la mise en oeuvre des politiques culturelles aux plans national et international.

Pour cette 10ème session, une session de formation a été organisée avec les représentants de la société civile, ainsi qu’un session de travail entre la société civile et le Bureau, afin de permettre à cette première de s’exprimer sur les points inscrits à l’ordre du jour du Comité et ainsi faciliter sa participation et son implication dans les débats. Par ailleurs, le Comité travaille avec des représentants de la société civile pour la création et la mise en oeuvre d’indicateurs permettant de mieux mesurer l’implication de la société civile, et le Secrétariat a prévu, avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie, de réunir des artistes ayant bénéficié d’un financement du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) afin de mieux évaluer l’impact du financement du FIDC.

En pleine structuration, la société civile de la Convention n’a pas pu présenter de rapport d’activités lors de la 10ème session, ce qui sera un des objectifs de la 11ème session du Comité en décembre 2017. Un tel rapport permettrait d’identifier des propositions concrètes et des recommandations sur lesquelles pourraient s’appuyer la Convention et ses parties pour la mise en oeuvre des directives opérationnelles.

À l’issu de la 10ème session et parmi ses décisions, le Comité invite notamment les Parties de la Convention, le Secrétariat et les organisations de la société civile à « continuer de développer et d’échanger des mécanismes pouvant permettre de renforcer la participation des organisations de la société civile à la mise en œuvre de la Convention, notamment par l’organisation d’un forum biennal en amont des sessions de la Conférence des Parties » et encourage les Parties à « soutenir, financièrement ou d’une autre manière, la participation accrue de la société civile et de leurs organisations aux réunions des organes directeurs ».

Ces décisions et cette implication de la société civile contribuent à une meilleure compréhension par les Parties de la Convention au Nord comme au Sud des enjeux du développement culturel et de la durabilité du secteur afin d’avancer vers une plus grande co-construction des solutions.

Date de dernière mise à jour : le 27 février 2017

Mise en ligne le 23 février 2017