Culture et Développement » Accueil » Lancement du programme ARPIC au Burkina-Faso

Lancement du programme ARPIC au Burkina-Faso

Le 28 février 2013, Raymond Weber est intervenu au nom de Culture et développement, en sa qualité de Président, dans le cadre d’une conférence de presse au siège du programme ARPIC à Ouagadougou. Cette rencontre rassemblait la Sous-Secrétaire Générale ACP, Michèle Dominique Raymond, des représentants d’organisations professionnelles du secteur culturel burkinabè, des membres de l’équipe administrative ARPIC, des étudiants en administration et gestion culturelle à l’Université de Ouagadougou. L’occasion pour Culture et développement de présenter les résultats de son programme ARPEM et de rappeler que le programme ARPIC en est une amplification.”

L’État du Burkina Faso a créé, en début d’année, en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le programme ARPIC : Appui au Renforcement des  Politiques et Industries Culturelles.
Son objectif ? Développer l’économie de la culture au Burkina Faso, en accompagnant dans leurs activités les acteurs culturels des filières concernées, les administrations culturelles, les collectivités territoriales. L’enjeu est de donner au ministère de la Culture et du Tourisme burkinabé la pleine capacité à encadrer, dynamiser et réguler les filières d’industries culturelles (notamment celles du cinéma, de l’audiovisuel, du livre, de la musique, des arts du spectacle).

Culture et développement se réjouit de l’intégration de son dispositif ARPEM à ce nouveau programme national. Le programme ARPEM, d’Appui au Réseau ouest-africain de Pépinières d’Entreprises de la filière Musique, a été conduit en partenariat par Culture et développement, avec notamment le Groupe ACP-Commission Européenne et le ministère de la Culture et du Tourisme burkinabé. Il vise à appuyer la réalisation et la mise en réseau de pépinières pour les entreprises de la filière musique. L’objectif recherché : sortir le plus tôt possible de la logique de « financement de projet », toujours fragile et aléatoire, pour entrer dans une logique de « financement d’une structure et ses missions », mobilisant aussi des financements nationaux. Ce but est atteint.

Culture et développement souhaite désormais aborder une troisième étape. Notre association a été à l’initiative de la construction du Reemdoogo, avec les mairies de Grenoble et Ouagadougou. Ce lieu de ressources et de professionnalisation des musiciens est complété par la pépinière à Ouagadougou, via l’appui aux entrepreneurs qui travaillent aux côtés des artistes. Ces deux programmes et ARPIC créent les bases pour avancer vers une logique de cluster à Ouagadougou, avec comme objectif celui d’aller toujours plus loin dans le renforcement de la filière musique.

Les liens pour en savoir plus : 
Le site d’ARPIC

Date de dernière mise à jour : le 31 mai 2013

Mise en ligne le 20 décembre 2012