Culture et Développement » Accueil » La communauté mondiale face aux destructions du patrimoine culturel

La communauté mondiale face aux destructions du patrimoine culturel

© Livres Hebdo

Les 30 et 31 mars 2017 à Florence (Italie) s’est tenu le premier G7 de la culture. Les menaces qui pèsent sur le patrimoine dans les zones de conflits ont été au centre des discussions.

Si au fil du temps la communauté internationale s’est doté d’un solide arsenal juridique en matière de destruction et de trafic de biens culturels, les nouvelles menaces qui pèsent aujourd’hui sur le patrimoine sont d’un genre nouveau et échappent aux conventions internationales.En effet, les conventions relatives à la sauvegarde du patrimoine sont applicables uniquement à des Etats et non à des organisations criminelles ou terroristes. Ces organisations représentent aujourd’hui le risque majeur, comme l’illustre la destruction des Bouddhas de Bamiyan par ses talibans en Afghanistan ou encore l’utilisation du patrimoine à des fins de propagande dans les crises qui ont sécouées l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Lybie. Par ailleurs le trafic de biens culturels permettrait à l’Etat islamique de générer entre 8 et 10 millions de dollars par an.

Une déclaration commune a été signée lors de ce G7. Elle envisage plusieurs actions :

  • L’intervention des pays membres du G7 sur la restauration et la mise en sécurité des biens culturels ;
  • La mise en œuvre d’un fonds de 75 millions de dollars dédié à des opérations de sauvegarde, de protection et de restauration ;
  • La formation par l’Italie de Casques bleus de la Culture pour intervenir sur demande de l’UNESCO et de pays victimes de conflits armés ou de catastrophes naturelles ;
  • La reconnaissance des atteintes au patrimoine comme crime de guerre.

D’ailleurs le Mali, qui a connu de lourdes destructions du patrimoine culturel par des groupes djihadistes dans le Nord de son pays, a accueilli à Bamako les 13 et 14 mars dernier une conférence internationale sur les enjeux et les défis liées à la protection du patrimoine culturel en zones de conflit. La rencontre a réunit une centaine de participants venant d’une quinzaine de pays dont Abdrahamane Ben Essayouti, grand imam de la Mosquée de Tombouctou ; Père Najeeb Michael d’Irak ; Oumar Kéita, ambassadeur et délégué permanent du Mali auprès de l’UNESCO ; des ambassadeurs et représentants des institutions internationales au Mali, des partenaires techniques et financiers, des experts venus d’autres pays ayant connu les mêmes conflits ainsi que des représentants des communautés locales.

Au cours de la conférence, les résultats de la première phase du programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali ont été restitués. Lancée en 2013 à Tombouctou, elle a permis la reconstruction de 14 mausolées, la réhabilitations des mosquées et des bibliothèques de manuscrits, la consolidation des capacités techniques et logistiques des structures de gestion du patrimoine et le renforcement des activités de dynamisation du tissu économique.

Par le partage d’expériences avec des pays ayant connus des conflits armés tels que l’Irak, la Syrie et le Nigérai, des recommandations ont été faites en vue d’enrichir le plan d’action de la deuxième phase du programme. Il s’agit notamment de consolider les acquies de la première phase qui s’est concentrée sur Tombouctou, tout en élargissant les activités aux autres territoires touchés comme Djenné, le Pays Dogon et Gao.

Fatouma Seid, la représentante de la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies au Mali, a rappelé que le pays a été choisi pour organiser des consultations nationales dans la perspective de construire un argumentaire sur l’intégration de la culture dans l’Agenda 2030 pour le Développement durable. Elle a souligné que : « L’élan de solidarité internationale envers le Mali confirme le rôle prépondérant de la culture dans le développement ».

En savoir plus : Le Point – G7 Culture : Le patrimoine face à des menaces nouvelles ; France Info – G7 de la Culture à Florence : Les atteintes au patrimoine pourront être “considérées comme des crimes de guerre” ; France Info – G7 Culture : L’Italie propose de former des “Casques bleus de la Culture” pour défendre le patrimoine mondial ; Afrique Inside – Mali : Soutien des partenaires en faveur du patrimoine culturel dans le Nord.

Mise en ligne le 10 mai 2017