Culture et Développement » Accueil » Mali : la préservation du patrimoine grâce aux banques culturelles

Mali : la préservation du patrimoine grâce aux banques culturelles

Apparues pour la première fois au Mali en 1993, les banques culturelles ont permis à plusieurs villages de déposer des objets culturels (sculptures, masques, poteries, costumes, outils, etc.) dans ces lieux afin de recevoir en échange de l’argent sous forme de prêt.

Par Marina Keomanivong, chargée de la mobilité étudiante – Sciences Po Grenoble, bénévole à C&D.

51499501

Banque culturelle de Fombori, Mali. © DR

Cette pratique qui consiste à développer le micro-crédit permet ainsi aux villageois de rester propriétaires de leurs objets tout en étant soutenu dans leur démarche de création d’activité.
Daouda Keita, coordonnateur de l’équipe de la banque culturelle du Mali, a définit la banque culturelle comme « une institution où se trouve conservée la richesse patrimoniale d’une localité en vue de la rendre profitable à toute la communauté. » (guide de la banque culturelle)

Lutter contre le pillage
La banque culturelle est un moyen de lutter contre le pillage de sites archéologiques et le trafic de biens culturels communs et favorisent ainsi la préservation du patrimoine malien.

« [La Banque culturelle] ambitionne de lier la sauvegarde du patrimoine culturel au développement économique des communautés rurales. Elle permet aux populations rurales de mobiliser leurs ressources culturelles de façon durable pour lutter contre la pauvreté. Les activités de la Banque Culturelle s’articulent autour d’un musée villageois, d’une caisse villageoise et d’un centre de formation et de la culture. » (guide de la banque culturelle)

Source : Opale

Pour en savoir plus

Guide de la banque culturelle

Date de dernière mise à jour : le 27 janvier 2015

Mise en ligne le 12 janvier 2015