Culture et Développement » Des mots aux actes – Dakar, 29 novembre 2012

Des mots aux actes – Dakar, 29 novembre 2012

“L’enjeu de la mise en œuvre de la Convention UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles pour l’Afrique et le Sénégal”

Ces jours, Dakar accueille un atelier de renforcement des capacités pour 15 spécialistes africains sur la Convention UNESCO de 2005 organisé au BREDA  par le Secrétariat de la Convention, en partenariat avec l’association  “Culture et Développement-France”. L’Afrique a été identifiée comme région pilote pour ce programme qui vise à développer l’expertise et le savoir-faire local nécessaires afin de mettre en œuvre efficacement la Convention de 2005 dans le moyen terme, notamment à travers l’élaboration de politiques ciblées pour renforcer les industries culturelles et créatives au niveau national.
Cette formation  précède de quelques jours le sommet international “Africités” qui réunira tous les collectivités africaines ainsi que leurs partenaires des autres régions du monde.

En marge de ces rendez-vous, Guiomar Alonso Cano, responsable culture du BREDA, Francisco d’Almeida, délégué général de Culture et Développement, et Oumar Ndao, Directeur des Affaires Culturelles et Educatives de la Mairie de Dakar, ont échangé sur l’actualité des principes directeurs de la Convention, sur les initiatives menées en Afrique par  l’UNESCO. Cette rencontre a également été l’occasion de présenter la version française  de la publication UNESCO “Politiques pour la créativité, Guide pour le développement des industries culturelles et créatives”.

Alors que 70% des Etats africains – dont le Sénégal – ont ratifié la Convention et que le continent représente 12% de la population mondiale, sa part dans les échanges mondiaux de biens et services culturels se limite à 1%. Mener des actions pour mettre en œuvre la Convention est donc un enjeu de grande actualité, mais sa réussite dépend de l’implication, autour de l’État stratège, de tous les acteurs du développement culturel :  collectivités locales,  associations culturelles, regroupements représentatifs des professionnels et coalitions nationales pour la diversité culturelle.

Depuis la ratification de la Convention, plusieurs pays d’Afrique comme le Mali, le Burkina Faso, le Congo-Brazzaville ou encore le Kenya et le Niger ont adopté des politiques culturelles. De même, des collectivités locales s’engagent de plus en plus dans la mise en œuvre de politiques culturelles locales, à l’image de la Mairie de Ouagadougou qui, en partenariat avec la Mairie de Grenoble, a doté sa ville d’un complexe culturel “Reemdoogo – Jardin de la musique”, conçu par l’association Culture et Développement. De son coté, la Mairie de Dakar mène une politique ambitieuse et volontariste avec la mise en place d’un fonds de soutien à la culture, l’implantation et la rénovation d’infrastructures culturelles, le renforcement d’une stratégie de formations culturelles et artistiques et un programme d’animations culturelles de la ville, promouvant tout aussi bien les cultures urbaines contemporaines, les nouvelles pratiques numériques que les traditions culturelles locales.

Tous ces échanges ont souligné à quel point la valorisation de la diversité des expressions culturelles et des pratiques est un point stratégique pour la vitalité de l’environnement humain, social et urbain, ainsi que pour la prise en compte des besoins des populations et des différents groupes, dont les jeunes en particulier. Ces points font partie des priorités de la Convention. Cinq ans après son entrée en vigueur, la possibilité de s’y référer reste l’occasion de rappeler les fruits du travail accompli par toutes les parties, États, administrations publiques et société civile, en vue de créer ou renforcer les conditions permettant aux cultures de s’épanouir et interagir librement de manière à s’enrichir mutuellement.

Les liens pour en savoir plus :
Le site internet de l’UNESCO
Suivez-nous sur Facebook

Contact presse :
Valeria Marcolin : administration@culture-developpement.asso.fr
(+221) 777 794 940